connaissance de soi

Publié le 18 Juin 2021

Face au miroir

La difficulté de transformer le vital est lié au fait que l'humain a accumulé des générations et des générations de structures psycho énergétiques dans cet espace. C'est le travail qu'il y a de plus difficile et de plus ingrat à réaliser depuis que l'humain a été doté d'une âme. C'est certainement pour cela qu'il est si long à effectuer, et si rébarbatif. Ce n'est pas pour rien que cet ensemble de structures, de désirs, de peurs, d'instincts grégaires, de violence, d'émotionnel non intégré et de tout un tas d'expériences non abouties qui s'enracinent là-dedans est appelée "la Bête" par Dieu. Ce sont en synthèse les espaces formés par les trois chakras du bas. Et on voit bien tous les jours et tout autour de nous que malgré les structures morales et légales qui tentent de cadrer les comportements les plus vils, ils débordent dès que la pression devient trop forte. A tel point d'ailleurs que certains comportements déviants tentent d'être légitimés par des lois qui sont contraires à un développement sain des êtres et des sociétés. C'est aussi parce que des puissances subtiles sont à l'oeuvre et tentent depuis toujours de détourner l'humain de son axe. Mais c'est aussi parce que l'être humain n'a pour ainsi dire pas vraiment développé son âme que les choses sont restées en l'état, et on peut même dire, qu'elles ont dégénérées. Les possibilités qu'offrent celle-ci sont quasiment inconnues, parce que notre relation à Dieu a complètement été pervertie. Les religions, et surtout l'interprétation que l'on peut en faire n'a pas forcément aidé non plus.

Alors si on résume la situation, il y a de quoi être asphyxié par autant de difficultés. Entre le mental et l'ego qui ont pris trop de pouvoir, entre le vital que l'on contient tant bien que mal et entre les puissances extérieures qui oeuvrent à inverser les valeurs et à empêcher tout développement spirituel, ajoutant une confusion et un chaos tels qu'il est difficile de trouver le Vrai, on peut se demander comment en sortir. Heureusement il existe d'autres forces à l'oeuvre pour contrecarrer cette dégénérescence dont on peut se demander où elle nous mènera si on continue à se laisser faire. Et pour les percevoir, mais surtout pour que celles-ci nous touchent et oeuvrent en nous, c'est bien en retrouvant la souveraineté de notre âme qu'un travail de transformation peut s'effectuer, tiré et alimenté par ces forces divines, ce dont ce blog tente très humblement de témoigner. Ce sont comme des mains tendues, car Dieu cherche par tous les moyens à nous faire comprendre quelle est notre véritable destinée et comment nous donner une chance de faire le chemin vers celle-ci. Et pour cela, il est important de comprendre que ni l'ego, ni le vital ne peuvent nous aider, car c'est bien eux qui doivent être transformés et non eux qui transforment. Et l'on remarquera combien de pièges peuvent être tendus pour qu'à chaque pas nous trébuchions. Car la Bête ne se laisse pas transformer si facilement, aidée en cela par ces puissances extérieures qui mettent toute leur énergie à contrer les actions divines. 

Parmi ces pièges, il y a ceux subtils mis en place dans la petite enfance par et dans l'environnement dans lequel nous avons pu naître et grandir. Si je parle de cela dans cet article, c'est parce que je constate depuis quelques temps comment ont pu naître certaines structures qui ont gouverné mon existence jusqu'à présent, des éléments qui agissent dans le bas-ventre, sur lesquels l'ego se projette et autour desquels il y a eu construction d'autres structures. C'est pour cette raison que les enfants sont la cible première. C'est comme s'il y avait non seulement une prise de conscience de la manière dont l'échafaudage de personnalité s'est mis en place et comment il était alimenté par de fausses perceptions, jamais vraiment remises en question, jusqu'à maintenant en tous cas. Je m'explique et pour cela je vais prendre exemple sur une des dernières expériences. Mais avant cela, je rappelle que tout ceci n'est possible que parce que la lumière de l'âme illumine la conscience et l'esprit dans des directions qui sont impulsées par la Lumière divine. Ce ne sont pas des concepts mentaux, des analyses ou des réflexions. Lorsque la Lumière divine nous nourrit, elle passe systématiquement par le Coeur, siège de l'âme, mais aussi par l'esprit, nourrissant ainsi l'intelligence. Je rappelle également que dans le langage courant, on associe trop souvent et de façon erronée l'âme aux sentiments (dans le ventre). C'est une des nombreuses preuves de la confusion des mots et des valeurs. C'est pour cette raison que l'on est presque obligé de donner un autre terme pour se faire comprendre, jusqu'à ce qu'il soit dévoyé lui aussi (sic !). J'emploie souvent le terme "Être" qui semble mieux correspondre à l'âme lorsqu'elle devient active. Donc j'utilise les deux termes indistinctement l'un de l'autre, tout en gardant à l'esprit que je parle bien de l'aspect divin individuel.

Donc je reviens sur l'expérience. Depuis plusieurs mois, je fais un truc un peu bizarre qui peut apparaître complètement narcissique (j'assume !), je me regarde dans le miroir de façon très insistante. Pourquoi ? Parce que je n'observe pas le corps, ou disons pas directement, mais j'essaie de percevoir qui regarde le corps en moi. Autant le dire clairement, je n'aime pas mon image. Mais jusqu'alors, ça ne m'avait pas forcément dérangé plus que cela, je m'en arrangeais. Sauf que depuis plusieurs mois justement, ce regard est devenu plus incisif, plus critique, plus accusateur, plus dur. J'ai poussé la question à savoir pourquoi un tel état de fait en remettant en question les causes habituellement admises. En effet, on peut toujours accuser les parents et c'est peut-être le cas, mais à partir du moment où le problème reste persistant, c'est que l'on a fait sien du problème en question. Donc ma question était de savoir quelle structure ou "quoi" portait encore en moi cette perception qui devenait de plus en plus exacerbée. J'ai fini par comprendre que cette différence de perception était liée à ce qui remonte du vital depuis plusieurs années, et qui est mis en lumière par le travail de l'Être. Pendant ces quelques mois, j'avais de plus en plus conscience que c'était l'enfant, le petit garçon (ou cette partie qui n'a pas encore été intégrée) qui venait comme "utiliser" mes yeux pour me regarder. Par effet d'attachement, je me voyais donc comme un petit garçon dans un corps d'adulte. Jusqu'à ce que je finisse par lâcher prise et par laisser la Lumière agir, ce qui a été exprimé dans les articles précédents (la coupole et suivants). 

Je continue donc cet exercice de temps à autres. Et puis il y a quelques jours, cette fois dans une vision subtile, la Lumière me place devant un miroir. Il faut savoir que toutes les actions émanant de la Lumière sont des initiations, qu'il est possible de retrouver plus tard et d'approfondir. C'est certes un très beau miroir, mais ce qui me frappe le plus, c'est le personnage que je vois dedans. Il a une tête un peu difforme, le visage marqué de cicatrices telles que l'acné peut en causer (j'ai eu pas mal de problèmes de peau à l'époque de l'adolescence). Le reflet dans le miroir montrait une image vraiment pas flatteuse, mais en même temps assez représentative d'une certaine manière de me voir. Deux choses m'ont frappées. D'abord la couleur dans laquelle cette vision est apparue et ensuite ce qu'elle a libéré comme compréhension.

On pourrait croire que ce genre de visions peut apparaître dans des couleurs sombres mais ici pas du tout. La couleur était plutôt blanche, pas un blanc lumineux comme le Divin sait en produire, mais un blanc tel que l'esprit peut être (car l'esprit est de couleur blanche). C'est le premier truc qui m'a fait comprendre que cette vision ne provenait pas du vital (qui peut être dans des couleurs rouges sombres), mais de l'esprit lui-même. La seconde chose qui m'a frappée, c'est que j'ai compris comment cette image s'est construite, par le simple fait de l'avoir vue. Et c'est la principale leçon que je tire de cette expérience, la création de l'image que l'on a de soi, qu'elle soit flatteuse ou non, et au-delà, la création de la personnalité dans son ensemble. 

L'esprit a des capacités de création intrinsèques. Je ne parle pas de créations artistiques, qui peuvent être vues à travers l'esprit mais pas forcément provenant de l'esprit lui-même. Je parle de la capacité de l'esprit à pouvoir modeler des structures psycho énergétiques sur base de ce qu'il capte autour de lui et dans la conscience individuelle. Et donc en plus de ce que l'on hérite des générations précédentes, il y a aussi en nous des structures fabriquées par l'esprit lui-même. C'est le processus en oeuvre dans la création de la personnalité. Je n'ai pas plus d'éléments à décrire pour le moment car je n'en suis qu'au début de cette découverte et prise de conscience. Je vais donc avoir du mal à en dire davantage aujourd'hui car encore pas suffisamment approfondi. 

Néanmoins, il faut savoir que tout ce que l'on définit comme étant "soi", donc notre personnalité, est contenu dans l'esprit. J'en ai déjà parlé à plusieurs reprises. L'esprit est lourd de notre personnalité. Or, lorsque l'on change de polarité et que l'on bascule dans l'Être, il n'existe plus de personnalité au sens où on l'entend habituellement. Car ce qui est intégré dans l'âme comme aspect de notre Être, et qui pour le coup fait de nous des êtres véritablement singuliers, l'esprit ne s'y identifie pas, il reste libre jusqu'à être lui-même intégré dans l'âme (plus loin dans le processus). Donc intégrer la conscience c'est libérer l'esprit, et vider l'esprit de la personnalité, c'est permettre à l'Être de se révéler à lui-même et de grandir. 

Donc, en plus des éléments sur lesquels je travaille jusqu'alors, s'ajoute cette vigilance sur l'esprit, en essayant d'aller retrouver le miroir subtil envoyé par la Lumière (par des méditations spécifiques) pour voir s'il a d'autres choses à révéler. Car l'esprit créant de façon inconsciente des structures de personnalité, il est donc impératif de conscientiser le processus pour qu'au moins celui-ci ne puisse plus agir de façon inconsciente, voire ne puisse plus agir du tout. Car sinon c'est un cercle sans fin, ce que les bouddhistes ont pu interprétés comme la roue du karma. Par cette perception, je prends conscience que si on ne remonte pas à la source des mécanismes, eh bien ceux-ci continuent d'agir et on peut travailler sur soi toute une vie, si on intègre d'un côté ce qui est créé inconsciemment de l'autre, on peut tourner en rond à l'infini. 

J'ai l'intuition que le processus décrit ici sur l'esprit est fortement intriqué au fonctionnement automatique de l'ego qui se projette systématiquement dans des images. Car l'esprit capte (il est l'instrument de perception par excellence, alors il peut capter une projection d'un parent par exemple, ce que les enfants, qui sont sensibles, font en permanence avec beaucoup d'acuité) et l'ego ramène à lui, alors l'esprit construit l'image à laquelle l'ego s'identifie. Il me semble discerner un processus de ce genre... On va voir. Suite au prochain épisode...

Voir les commentaires

Rédigé par Serge Z.

Publié dans #connaissance de soi

Repost0