Publié le 27 Mai 2022

Purifications du bas vital

L'intégration du vital, ce n'est pas toujours une partie de plaisir.  J'en ai brossé certains aspects ici quand j'ai pris conscience que la Lumière divine travaillait spécifiquement dans la zone du 3eme chakra et ensuite plus profondément dans le corps. En effet, après avoir travaillé sur les couches externes, Elle a été amenée à décristalliser les structures engrammées dans le corps pour l'intégration complète de cette partie du vital. J'en ai abondamment parlé dans ce blog.

Depuis tout ce temps, j'ai finement observé la logique mise en oeuvre par le Divin pour travailler sur nous, à travers cette Lumière christique, et notamment en prenant comme support mon propre cheminement. En cela, Elle dispose d'éléments très semblables au Supramental, identifié comme tel par Sri Aurobindo, mais elle a aussi ses propres aspects. Néanmoins l'Intelligence divine est derrière ces processus, et applique la meilleure approche selon les ouvertures ou fermetures qui sont les nôtres. Le travail du Divin sur l'humain est un travail d'orfèvre et particulièrement subtil. Et parfois complètement incompréhensible, sur le coup du moins.

Alors une fois l'émotionnel intégré, et particulièrement les aspects liés à l'affect, dont le dernier jalon identifié a été la mise en lumière de l'enfant intérieur et donc son intégration, j'étais certain qu'Elle allait plonger dans les zones plus profondes du vital, dans la zone du 2eme chakra, et dans les structures principalement liées à la sexualité, à l'argent et au pouvoir (ou domination). Quand je décris cela, il faut bien comprendre que ce n'est pas aussi tranché que ça. Le Divin peut agir par petites touches par ci par là, et donc agir un peu plus bas, un peu plus haut, inspirer l'ouverture, intensifier Sa Présence ou au contraire se mettre plutôt en arrière plan pour nous laisser faire des choix et prendre des directions selon notre compréhension, car nous sommes toujours libres.

Je vais être honnête : même si je savais que ça allait arriver, j'appréhendais un peu. C'est ce que je vais expliquer ici.

Comme je le disais plus haut, avant d'arriver au corps, la Lumière nettoie les couches les plus externes. Il y a donc eu plusieurs purifications préalables et notamment, il y a quelques semaines j'ai pu observer une purification de structures en rapport à ma relation à la femme. La manière dont on fonctionne avec les autres, lorsque c'est à travers notre personnalité, dépend de ces structures de conscience que l'on porte et qui constituent ladite personnalité. Et franchement des fois ce n'est pas glorieux...

De plonger dans ces aspects, ça me faisait peur en fait, car je me suis toujours senti dans une profonde dualité : entre l'ange et le diable, entre la répulsion et l'attirance, entre les aspects les plus beaux et les aspects les plus vils, ou ceux qui m'apparraissaient comme tels. Cette confrontation aux aspects les plus sombres a parfois, pour moi en tous cas, quelque chose en rapport à la folie. Si je bascule dans certains aspects qui remontent à la conscience, que va-t-il se passer ? Je le vois comme un grand lâcher prise, un truc incontrôlable qui peut faire perdre la tête. Alors tant que les purifications étaient encore relativement extérieures, ça allait encore. J'étais même assez content en me disant que je pourrais même traverser ces couches pour ainsi dire sans être "touché", en tous cas touché dans l'image que je peux avoir de moi et que je peux projeter. Illusion de l'ego bien entendu ! Je sais bien qu'à partir du moment où l'on construit une image, on ne trompe que soi-même ! J'ai donc lâché cette image et accepté ma réalité, en regardant tout ce qui m'habite.

 On m'a souvent dit que j'étais comme coupé en deux. C'est vrai, car intérieurement, je me distanciais de ces aspects-là de ma personnalité. J'avais de grosses difficultés avec la notion de plaisir, le bien, le mal, le permis, le caché, l'interdit... Elevé entre deux religions, entre deux manières d'appréhender la relation au corps, au sexe (à une sexualité épanouie pour être plus précis, sans trop savoir ce que ce pourrait être exactement), à la femme, à l'argent, au pouvoir (sur l'autre ou sur soi), au plaisir quel qu'il soit, j'ai essayé de répondre à des diktats imposés par tous mes conditionnements. Et ils sont nombreux. Et donc en portant aussi une culpabilité certaine.

Et puis plus tard j'ai compris qu'il fallait faire UN avec ça, les approcher, les "toucher", les accepter, commencer à les vivre pour les traverser. Arrêter de fuir. Arrêter de se mentir en se créant une image. Il y avait ce qui était autorisé et accepté par les «autorités» et le reste dont il ne fallait pas parler, avec le fait même que simplement y penser relevait presque du blasphème. Hypocrisie bien sûr, après ce que j'ai vu et ce que j'ai appris, plus tard dans ma vie. Hypocrisie de la religion et de ses méfaits. Hypocrisie de la société ou des figures de proue de la morale. Hypocrisie même de la spiritualité, de certaines en tous cas. Il m'a fallu du temps, beaucoup de temps pour ne serait-ce qu'accepter que moi aussi je portais des choses en rapport à ces sphères, avec ses pulsions, ses fantasmes, son égoïsme, son avidité... Et toute ma difficulté a été de trouver la meilleure approche pour chaque aspect que la Lumière mettait en exergue. Avant que la lumière ne me touche à ce point, tout ça était relégué à l'arrière plan, du moins en partie, et ça m'allait très bien. De la même manière que je l'observais autour de moi, je composais avec tout cela, comme tout le monde en fait, plus ou moins, à ma manière.

Donc, il m'a fallu travailler à la fois l'image que j'avais de moi et de tous ses aspects du vital bas, tout en pensant pouvoir domestiquer et apprivoiser ces démons. Orgueil ! Je ne suis pas un saint, d'ailleurs personne ne l'est, ce que rappelle bien Dieu dans la Révélation d'Arès, sauf Lui-même bien entendu, qui est le Saint des Saints. Domestiquer mes démons : c'est bien la pire bêtise qui m'a été inculquée et à laquelle j'ai cru des dizaines d'années ! Certes une certaine dose de morale est nécessaire pour vivre ensemble dans notre société. Sinon c'est le chaos. Mais il aurait mieux valu que se développe une Conscience plutôt qu'une morale, cela aurait fait toute la différence, et certainement bien moins de malheureux sur Terre. Mais bon, l'humanité est ce qu'elle est, et par le travail que la Lumière divine effectue en moi, il faut bien avancer.

Alors j'ai vu et compris que j'avais récupéré les blocages conjoints de mes parents et certainement des générations précédentes, leurs non-dits, leur hypocrisie. Comme tous les enfants, j'ai hérité au plus profond de ma conscience d'une partie de leur conscience en rapport à ces sphères. La Lumière en a nettoyé une partie, mais inutile de se cacher derrière son petit doigt, il en reste. Il y a eu des expériences faites avec des partenaires, consentantes bien sûr, dans le partage. Se sont révélés parfois certains instincts intégrés avec la Lumière par la suite. Il y a eu cette expérience de tantrisme qui s'est révélée être catastrophique, surtout sur le plan énergétique. C'était une façon de regarder mes démons en face, du moins le croyais-je. Et puis il y a cette société qui hyper sexualise tout, qui prône l'argent comme un but, qui met en avant les "mâles alpha", égocentrés sur le corps comme objet de culte à soi-même, peut-être aussi pour affirmer une sorte de domination grégaire véhiculée par une image archaïque de ce que doit être "un homme, un vrai" par rapport à la femme. On peut toujours juger cela, se dire que l'on n'est pas comme cela, on en tous cas pas identifié à cela, certes. La réalité est plus sombre, moins glorieuse pour notre petit moi. Les hommes portent ça, les femmes, autre chose en rapport. Il y a de la violence en soi aussi, plus ou moins intériorisée. Certaines personnes peuvent nous y confronter. On porte tout cela à l'intérieur de nous, c'est pour cela que notre société est telle. Et tant que nous ne regarderons pas ça en face, tant que nous n'aborderons pas ces aspects avec maturité, conscience et sagesse, il ne pourra pas en être autrement. C'est ce que j'ai tenté de regarder en moi aussi, en approchant ces aspects à pas feutrés tant que je le pouvais, et selon les rencontres qui se sont mises sur mon chemin ou selon les portes qui s'ouvraient au fur et à mesure de mon parcours.

Sri Aurobindo ne s'était pas trompé en appelant cette partie-là de notre conscience : le vital. Les énergies tapies ici sont des énergies de vie, elles doivent donc circuler pour exprimer la Vie telle que Dieu nous l'a donnée. Il est tout à fait normal d'avoir des désirs et de prendre du plaisir, mais tant que cette énergie passe à travers des structures qui la déforment ou la détournent, ou la bloquent, cela crée des problèmes, des vices ou des maladies. Il est bon d'avoir de l'argent, plus ou moins. C'est une énergie qui elle aussi doit circuler. Ce qui n'est pas juste, c'est le culte qu'on lui porte. Et puis il y a ces comportements de pouvoir et de domination, fortement empreints d'égo, qui lui donne même une certaine force. Ces aspects doivent devenir puissance, au service de l'âme et être mis au service. Le travail sur le corps est de le libérer de tous les poids qu'on lui fait porter et de toutes les énergies qui ne circulent pas, car le brider est cause de souffrances et de mort. Les religions ont diabolisé la sensualité et le bien-être physique. Nous avons un corps qui est une merveille de la Création et qui ne demande qu'à exprimer son plein potentiel, lorsque celui-ci sera complètement habité par le Divin. Le plaisir en est une des composantes, de la même manière que le reste, lorsqu'il est vécu de la juste manière, sans egoïsme ou soumis à un culte.

Alors certes il y a eu des dérives, et même des abominations après les premiers temps de la chute. Par beaucoup de côtés, nous y sommes encore. Et donc il a fallu poser un cadre pour éviter le pire, et Dieu, à travers ses prophètes et Ses Révélations, dans son infinie Sagesse et par Amour pour Sa Créature, nous a donné des "consignes de vie" pour retrouver le lien vers le Haut, ce qui était primordial pour éviter que l'Humanité n'oublie complètement son Créateur et pour éviter tant que faire se peut qu'elle ne devienne un troupeau de bêtes sauvages. Je l'ai déjà dit ailleurs, la Bête est la terminologie utilisée par le Ciel pour désigner nos instincts grégaires, situés dans le vital jusqu'au physique. Or cette Bête, il faut qu'elle puisse se laisser toucher par le Divin pour être transformée. Ce que l'humanité adamique n'a pas fait. Mais ce que la Lumière nous demande de faire.

Et donc sortir de la diabolisation, c'est aussi aller se confronter à nos limites, à en risquer presque ce qui m'apparaît comme de la folie. Transcender ces instincts grégaires, c'est ce que la Lumière divine tend à oeuvrer en nous, pour établir d'autres lois, divines celles-là. Pour vaincre la Bête qui sommeille en nous, et pour la transcender.

Mais attention je vais être très clair : il est indispensable d'avoir développé suffisamment de force d'âme pour qu'en plongeant dans nos abysses, on puisse garder la Main de Dieu dans la nôtre, sinon on risque fort de faire pire que mieux ou de faire du mal en soi et autour de soi. C'est pour cette raison que Sri Aurobindo préconisait de n'aborder les sphères du bas que par la Force qui venait d'en haut, après avoir purifié tout le reste (*). D'autre part, il est impératif de maîtriser le processus d'intégration de la conscience, pour que chaque aspect qui est mis en lumière puisse être intégré, et pas seulement nourri; sinon, on risque de tourner en rond. Et enfin il est fondamental que l'intention soit pure, toujours. J'ai trop vu de soi-disant spiritualités prôner la libération sexuelle et ne nourrir que l'avidité sous prétexte de mensonges ou d'intentions fallacieuses. 

Alors certains "maîtres" ont essayé, à leur manière, d'apprivoiser voire de transcender ces aspects, avec plus ou moins de succès. Je suis tombé récemment sur un article qui parlait de Sogyal Rinpoché, le maître tibétain qui a écrit : "le livre tibétain de la vie et de la mort". Quand je parlais de l'hypocrisie des religions, il faut se pencher sur les dérives du Bouddhisme pour la comprendre encore mieux, en plus de ce que l'on connaît des dérives de l'église chrétienne chez nous. Je ne vais pas rentrer dans les détails d'affaires dont certaines sont glauques et sordides. Mais ce n'est pas pour cela qu'il faut jeter le bébé avec l'eau du bain ! En tous cas, ça montre toute l'ambiguïté et la difficulté du sujet pour lequel je n'irai pas plus loin. D'autres, comme Babaji ou Vallalar par exemple, ont transfiguré sans jamais avoir eu besoin d'aller jusque là, grâce au Pouvoir divin qu'il a nommé "la Grande Lumière de Grâce". C'est un yogi qui continue de travailler sur l'humanité à partir des sphères divines dans lesquelles il se trouve. Mais il n'avait peut-être pas non plus toutes ces structures dont je parle, ou alors il s'y est pris autrement mais si c'est le cas, je ne sais pas comment... Quant à Babaji, c'est un cas exceptionnel qui a vécu l'éveil à 15 ans et la transfiguration à 18 ans, par la kundalini. Ça fait rêver.

Donc j'en suis là. La Lumière appuie sur cette zone et sur ce qu'il reste de structures à purifier et je me demande bien quelle sera la suite et avec qui celle-ci pourra être partagée... La Lumière travaille dans le corps, appuie sur certaines de ces structures qui m'habitent, et donc rend parfois la vie assez difficile. Cependant, j'observe tout de même des changements notables et progressifs dans mon fonctionnement liés notamment aux purifications : il a beaucoup moins de rêves érotiques, il y a beaucoup plus de douceur dans mes relations, moins d'agitation dans les actes ou de précipitations, plus de patience, d'écoute, de partage. Le corps est plus en paix et le plaisir est vécu avec intensité aussi parce qu'il est partagé, et du fait que la kundalini circule plus librement et exacerbe les sensations. Cela augmente aussi la perception du corps de la partenaire et j'observe que des ajustements peuvent se produire dans mes énergies en fonction de ce qui se produit énergétiquement dans son corps. Pour en arriver là, il a fallu aller débusquer les fausses croyances, les traumatismes, les blocages, les instincts animal,... même si ce n'est pas terminé. J'observe aussi la Lumière qui descend parfois jusqu'au périnée; nouvelles perceptions qui montrent que des ouvertures et ajustements ont pu s'effectuer. 

Je me répète mais je suis intimement persuadé que le couple est une voie de développement. J'ai d'ailleurs déjà écrit sur le sujet et je continue à le penser. Mais je crois aussi qu'il n'existe pas de partenaire idéal qui puisse répondre à toutes nos structures de façon totale (je me trompe peut-être), du début à la fin, pour ce travail de connaissance de soi réciproque. L'une va nous montrer tel aspect, une autre tel autre aspect, selon ce que l'on aura pu transformer en soi, ou pas. C'est comme cela que je vois les choses aujourd'hui, et peut-être que ça évoluera encore. S'il suffisait de rester assis dans son canapé pour que le travail se fasse, ce serait possiblement plus simple. Et encore. Ce serait dommage car on passerait à côté de ce que Dieu peut nous donner... Mais lorsque la Lumière touche les structures du corps, on n'a pas d'autre choix que de passer par l'expérience. Et là, il faut se donner, et peut-être se perdre pour se retrouver...

Ce qui résulte de tout ce travail sur soi, c'est qu'il ne doit rester que les dons et les vertus que Dieu nous a donnés à travers le développement de notre âme. Car ils sont la Présence de Dieu en nous. Et alors le corps pourra resplendir de la Présence et de l'action divines. 

Pour rappel, les articles précédemment écrits sur le sujet du couple et de la sexualité restent, pour moi, toujours aujourd'hui, d'actualité : 

Concernant la sexualité, cet article ici

La relation de couple telle qu'elle peut s'inscrire dans un chemin d'évolution spirituelle ici et .

A propos du bas vital : cf article ici

 

------------

(*) Sri Aurobindo indiquait à ses disciples qu'il était préférable de ne pas répondre aux sollicitations du vital, quelles qu'elles soient. Honnêtement, il a peut-être raison, mais je ne suis pas certain que tout le monde en soit capable. J'aurais aimé avoir cette force, mais je ne l'ai pas, un jour peut-être. Et d'autre part, je ne suis pas certain qu'il y a des disciples travaillant avec les forces Supramentales qui ont transcendé ces aspects au point de les avoir transfigurés totalement. En tous cas, s'ils existent, qu'ils se fassent connaître !
Des Êtres comme Vallalar dont je parle plus haut ne sont pas nombreux à avoir vécu sur Terre.

Voir les commentaires

Rédigé par Serge Z.

Publié dans #experience energetique spirituelle

Repost0