Publié le 24 Mai 2021

L'ego et ses facettes
Pour remonter à la racine de l'ego, de façon à l'intégrer, j'ai dressé une espèce de liste à la Prévert des aspects qui sont symptomatiques de son fonctionnement. De cette façon, lorsque j'observe ces comportements en moi, j'y applique le plus de vigilance possible pour traquer l'impulsion qui l'amène à s'extérioriser.
Seulement, il faut aussi faire la distinction entre un comportement issu d'une structure psycho énergétique, un blocage, une souffrance, une réaction vitale ou quoi que ce soit en relation à la personnalité. C'est donc un travail sur plusieurs plans et une vigilance à 360° à acquérir, si je puis dire. Car on peut très bien intégrer les facettes de sa personnalité sans pour autant intégrer l'ego.
Enfin, il faut avoir conscience qu'il ne s'agit pas de faire semblant, en masquant un pseudo éveil sous des attitudes convenues, qui ne sont là aussi qu'une façon dont l'ego peut se cacher. Les "astuces" que je donne en seconde partie doivent pouvoir servir à notre travail intérieur.
 
 
L'ego, c'est ce miroir dans lequel on se regarde en permanence. C'est lui qui nous amène à croire que le monde tourne autour de nous. 
 
Il veut toujours avoir raison, en voulant le plus souvent imposer ses croyances et "ses" vérités.
 
Il cherche toujours à profiter de l'autre, il existe aux dépens des autres. Il a besoin des autres pour exister et pour se faire valoir, que ce soit dans l'orgueil ou dans la négativité la plus profonde.
 
Il construit des images de la réalité, en choisissant ce qui lui convient et en rejetant ce qui ne lui convient pas.
 
Il construit une image de la personnalité et il s'y identifie.
 
Il se projette dans l'avenir, en considérant que le futur sera la reproduction du passé.
 
Il se projette sur les autres, en y plaquant une image qu'il s'est construite de l'autre, sur la base de ses propres désirs ou répulsions.
 
Il peut complexifier une situation à l'extrême ou la simplifier à l'extrême, passant à côté d'éléménts importants qui peuvent soit l'arranger plus que tout, soit au contraire le mettre en défaut. Il peut donc être partial dans ses appréciations.
 
Son désir premier est qu'il veut faire et exister avec l'image qu'il est différent des autres. Il s'approprie la pulsion de Vie inhérente à l'humain comme un besoin d'exister lui-même.
 
L'ego est non Amour, puisque pour lui l'autre n'est qu'une chose qu'il utilise à son gré, et souvent de façon très subtile. Mais il peut être aussi lui-même la chose d'un autre. Ici, comme d'ailleurs dans toutes les autres propositions, tout est aussi une question de structures internes. Il est la dualité même ! Puisqu'il se voit comme une entité à part, il a besoin de créer des divisions, voire de se diviser lui-même, pour se sentir exister.
 
L'ego n'est tourné que vers lui-même, et c'est sur cette croyance qu'il est au centre de sa vie qu'il projette sur les autres son propre chaos intérieur. Si un malheur advient, et que son monde (ou l'image qu'il s'en fait !) s'écroule, alors c'est pour lui en tous cas, la faute de l'autre.
 
Il est figé par nature, c'est-à-dire que tout ce qui est neuf ou dynamique ne rentre pas dans son champ des possibles, il ne peut donc pas capter le réel puisqu'il est lui-même illusion et stagnation.
 
Il se base sur le mensonge (le déni, l'illusion,...), la peur et les désirs. De ce fait, il tourne systématiquement sur le connu, et c'est un aspect important à connaître dans une démarche de connaissance de soi. Car de ce fonctionnement découle le fait que nous vivons dans l'inconscience, et cette inconscience pilotée automatiquement par l'ego nous emmène systématiquement dans les schémas connus et sans cesse répétés. Il semble facile d'exister de la sorte car nous avons la sensation qu'il n'y a rien à faire, on suit notre "petit bonhomme de chemin". On peut se poser des questions sur l'existence, certes, et vivre sans trop se poser davantage de questions, sauf lorsque nous tombe dessus un problème ou lorsqu'une souffrance profonde remonte. Alors là on se sent souvent généralement dépourvu et on met en oeuvre des fonctionnements de fuite, ou d'accusation d'un tiers par qui le problème a pu arriver. On revient ici sur la notion de projection, où un problème intérieur est projeté sur un tiers extérieur, le rendant ainsi responsable de notre propre malheur, ce qui nous divise encore plus intérieurement. Le simple fait de percevoir que l'ego peut être mis à mal par la prise de conscience d'un schéma répétitif, puis par son intégration ultérieure, génère de la peur. Et la principale peur est celle de l'inconnu. Il peut donc y avoir un attachement maladif à un fonctionnement, par peur de ne pas savoir ce qui va être si on l'abandonne. Le seul moyen de sortir de ces spirales est d'amener de la conscience dans nos fonctionnements, une conscience de plus en plus fine par une vigilance de plus en plus grande. Et pour nous aider, la Vie est riche d'enseignements et de rencontres.
 
Le mental n'est pas l'ego et l'ego n'est pas le mental, même si le premier s'appuie sur le second.
 
Et enfin, il faut savoir qu'un diable se situe au centre de l'ego, ce qui fait que toutes les décisions prises sur la base de celui-ci amènent forcément du chaos.  
 
Alors je ne sais pas si la liste est exhaustive, elle s'enrichira possiblement par la suite. Il y a néanmoins quelques "astuces" pour éviter de générer trop souvent des comportements égotiques :
 
  • captez toutes vos réactions émotionnelles et évitez de réagir à chaud : prenez le temps d'observer ce qui se passe en vous et de faire le tri entre un argument qui peut être pertinent d'une réaction qui peut blesser ou rabaisser l'autre. Il s'agit de poser les choses et d'appliquer notre discernement avant de répondre.

 

  • Centrez vous le plus possible dans le coeur : ressentez l'espace ou la présence qui se dégage de votre être intérieur. C'est un espace de paix et d'harmonie, siège d'une certaine sagesse.

 

  • Peu importe ce que l'on pense de vous, et ce que vous pensez de vous-même : ce monde nous sur-sollicite en permanence, que ce soit à travers les rencontres ou les écrans. On cherche (et l'on nous a conditionné pour cela) à trouver notre place dans le monde. L'image que vous avez de vous-même est toujours différente de qui vous êtes vraiment, elle n'est pas la réalité. Vous êtes autant bon que mauvais, positif que négatif, etc. Cela vous permet de ne pas juger et de vous accepter dans toutes les facettes de votre personnalité. Avant de vouloir intégrer vos structures, il faut les voir et les accepter. C'est le premier pas. Alors tant pis si votre image se brise aux yeux de quelqu'un qui a de l'importance pour vous, ou même si cette image était importante à vos yeux. Le chemin vers soi est un chemin d'authenticité et de vérité. Et mieux on est avec soi, mieux on sera avec les autres. Si la relation est authentique et vraie, on ne vous en tiendra pas rigueur. Sinon, c'est que la relation est cristallisée sur un personnage que vous n'êtes plus. La Vie est mouvement, et l'ego cherche à la canaliser, à la contrôler (comme il cherche à contrôler les autres), à la dominer. Vivez l'instant dans toute sa plénitude. Travaillez sur ce qui vous semble coincé en vous, ou qui n'est plus d'actualité.

 

  • Soyez authentique : des fois vous êtes triste ou énervé ou en colère, alors que l'on vous connaît comme quelqu'un de calme ou de réfléchi ? Lâchez prise sur ce que vous voulez montrer, ou sur ce que l'on attend de vous. Soyez vrai, ça libère ! Exprimez le vrai, même si ce n'est pas forcément flatteur. "La Vérité vous libèrera !" a dit le Christ. Il y a plusieurs interprétations possibles à cette phrase, mais si vous êtes dans votre vérité intérieure, cela entraîne une forme de libération ou de lacher-prise.

 

  • Toute action venant du Coeur sera récupérée tant que l'ego n'a pas été vu et intégré. Si à la base il y a une action sincère, vraie, authentique, tournée vers l'autre et sans attente de gratification en retour, l'ego l'enfermera un jour ou l'autre dans un système où il se mettra en valeur. Ce n'est pas pour cela qu'il faut arrêter ! Néanmoins, il faudra être très vigilant sur l'orgueil subtil qui peut émerger, rester discret sur nos actions, humble, détaché, ne rien attendre en retour, ne pas s'attarder sur nos victoires et nos réussites...

 

  • Dites-vous que lorsque vous jugez ou critiquez quelqu'un ou pire, si vous avez une animosité quelconque envers quelqu'un, posez-vous la question de savoir si ce que vous reprochez à l'autre n'est pas une projection de qui vous êtes. Vous verrez que c'est presque toujours le cas. C'est donc un bon exercice de connaissance de soi que d'observer en soi ce que l'on peut reprocher à l'autre. Au fur et à mesure, vous jugerez de moins en moins, voire plus du tout.

 

  • Soyez simple, souple et doux. L'ego a tendance à rester rigide sur ses positions. Ca ne veut pas dire pour autant qu'il ne faut pas être ferme, parfois. Tout est une question de mesure et de justesse. Si on a une décision à prendre, il vaut parfois mieux accepter une décision moyenne adoptée par tous qu'une bonne décision qui sera rejetée par la majorité. Ca ne veut pas dire pour autant que l'on devient une girouette. Mais plus on va s'enraciner dans le coeur, mieux notre guide intérieur pourra nous amener sur le chemin qui sera le plus adapté à la situation.

On peut croire que l'ego est l'ennemi à abattre mais ce n'est pas comme cela qu'il faut le prendre, car ceci créerait un conflit intérieur et une division de plus. Dans les propositions ci-dessus, remplacez "ego" par "je", car tant qu'on ne l'a pas intégré, nous sommes cet ego,et reprenez ces propositions pour vous observer. Donc soit on voit, et alors s'opère un détachement, soit c'est en recréant l'unité intérieure, et au mieux, autour de la particule divine dans le coeur, que les projections de l'ego finissent pas lâcher les unes après les autres. En tout état de cause, c'est par la conscience profonde que l'on applique sur nos comportements que l'on peut progressivement sortir de ce centre pour changer de polarité de fonctionnement et basculer de plus en plus dans un fonctionnement de l'âme.

Bon travail !

Voir les commentaires

Rédigé par Serge Z.

Publié dans #connaissance de soi

Repost0