Publié le 24 Août 2013

L'expansion de l'âme (1)

La Lumière venait de démarrer son oeuvre en mon âme et j'allais vivre intensément pendant plus de 4 années une alternance de purifications intérieures et d'expansions de l'Etre, et ce à une vitesse que d'aucuns considèrent comme trop rapide compte tenu de ce qu'il m'est arrivé par la suite. En d'autres termes, ces années furent d'une incroyable intensité et ont forgé une très forte aspiration au Divin, et surtout à la descente du Divin dans la matière, qui n'a fait que grandir au fil du temps. Le processus en cours avait tout de gnostique , ie :

  • des révélations arrivaient du plus profond du Coeur
  • je passais par des phases de lumière et d'obscurité, plus haut mon Etre montait dans le Divin (vibratoirement parlant) , plus profondément la lumière pénétrait
  • et chaque événement intérieur trouvait sa correspondance à l'extérieur, dans la vie de tous les jours, et inversement.

Avant de passer en revue les passages qui furent les plus marquants de cette époque, je dois signaler que le travail intérieur n'a jamais cessé, même dans les années qui suivirent et qui furent parmi les plus sombres que j'ai connues, jusqu'à il y a peu. Ces quelques années ont été marquées par un développement intérieur très rapide, qui a laissé dans ma mémoire des souvenirs auréolés d'une grande joie et d'une grande énergie de vie. Cette période a été comme un îlot de lumière dans ma vie et les souvenirs que j'exprime ici le sont avec une certaine mémoire sélective, je dois bien l'avouer. C'est de cette façon que ma mémoire les a gravés, estampillés d'une certaine gloire passée. A cette époque, tout était facile et les choses venaient plus ou moins d'elles-mêmes. En ce sens, on ne peut pas dire que j'ai été un chercheur qui cherchait quelque chose de particulier en conscience. Les expériences qui arrivaient dans ma vie arrivaient sans que je ne recherche rien et que je ne demande rien. Tout semblait couler de source, ce qui d'ailleurs m'a installé dans une image que je ne savais pas encore fausse, de celui qui était "arrivé" : grave erreur ! Car si les expériences de lumière ont été très nombreuses pendant cette période, les expériences d'obscurité l'ont été également, bien qu'elles étaient somme toute supportables et sans conséquences majeures sur les aspects extérieurs de l'existence. Il s'agissait surtout de prises de conscience pendant lesquelles la Lumière se retirait ou se voilait délibérément pour laisser émerger ce qui devait l'être. Celles qui allaient suivre, par contre, ne seront pas du tout du même acabit.

J'ouvre une première parenthèse. Je distingue deux niveaux à l'obscurité : celle dans laquelle on se retrouve par absence de Lumière, ce qui est le cas de l'humain ordinaire ou du chercheur quand il est seul face à lui-même, et l'autre dans laquelle on est plongé lorsque cette obscurité déploie des forces pour nous faire tomber. Veuillez noter que cette distinction ne tient qu'à moi. Je distingue d'un côté l'effort personnel sur le chemin de l'Eveil avec ses hauts et ses bas, ses quelques moments de lumière et ces nombreux moments de sombre, et de l'autre, une intention extérieure agressive animée d'une volonté délibérée de nous faire tomber. J'y reviendrai. Donc pour l'instant, quand je parle d'obscurité, je me place dans le premier cas.

Dans l'article précédent, j'ai décrit une première expérience significative de création d'une dimension à l'intérieur de l'Etre, lorsque la Lumière y a gravé un olivier. Il faut comprendre que lorsque le Divin nous touche, d'une façon ou d'une autre, il y a toujours quelque chose de merveilleux à cela, car il y a aussi contact et transmission d'une énergie de Vie. Ce qui permet de savoir que c'est le Divin qui nous travaille, c'est le Coeur. Car au fond de celui-ci gît l'étincelle divine, l'atome divin, dernier héritage de Dieu en l'homme. Alors lorsque Dieu se met au niveau de l'homme, Il met en mouvement cet atome, et ainsi crée l'âme. L'âme est donc la rencontre scellée (caillée dit la RA) de Dieu et de l'homme, la création de Dieu dans l'homme, le christ (la dénomination "christ" n'est pas religieuse, il ne s'agit pas non plus de Jesus qui est devenu Jesus-Christ à partir du moment de sa transfiguration, chacun doit devenir un homme-christ et c'est la raison d'être de l'être humain). Chaque élément créé par Dieu dans l'homme va créer et former l'Etre. L'atome divin en l'homme est donc le seul moyen de reconnaître le Divin lorsqu'Il se manifeste à travers un autre homme, dans un lieu quelconque ou à travers n'importe quel support. Il est la garantie d'un contact authentique, car une fois l'âme créée, même si elle n'est pas très active, elle est de la nature même de Dieu, elle réagit à Sa Présence, où que Celle-ci soit. Le semblable reconnaît le semblable. Mais avant d'en arriver là, il faut purifier son Coeur, libérer le chemin si l'on peut dire, et c'est la tâche de l'homme de faire ce travail. Cette explication me paraît importante car il est légitime de se poser la question de comment reconnaître ce qui est divin de ce qui ne l'est pas. Une autre facette d'une âme active est le fait qu'elle soit le regard de Dieu, en face duquel rien ne peut se cacher. Le regard de l'âme démasque tout ce qu'il voit et nous montre les choses pour ce qu'elles sont. C'est ainsi que je n'ai pas de doute sur ce que je vois car les perceptions des sens subtils sont prises en charge par l'Etre. Et donc, toutes les créatures montrent ainsi leur vrai visage.

J'ouvre une autre parenthèse. Je connais plutôt bien les spiritualités orientales qui traitent principalement de non dualité (le vedanta par exemple). Dans l'esprit de certains chercheurs, et parce que je l'ai déjà entendu à plusieurs reprises, faire la distinction entre ce qui est divin et ce qui ne l'est pas est une aberration car tout est Un. Sur le plan de la conscience, c'est tout à fait exact. Il n'y a pas de séparation entre les êtres, et l'ego en cela n'a pas d'existence propre. Il est disons, une anomalie dans la conscience qui nous renvoie une image de nous-même, plus ou moins déformée. Sortir de l'image est rentrer en unité avec le Divin mais sur le plan de la conscience uniquement. Voilà très résumé ce qui est exprimé dans l'advaïta vedanta. Or, sur le plan de la matière, on ne peut pas encore dire cela. La matière a été créée par Dieu certes (il est le premier matérialiste, dit la RA), mais on ne peut pas dire qu'elle soit divine dans l'état actuel de notre monde. On ne peut pas dire que l'être humain exprime pleinement sa divinité, envers ses congénères comme envers la planète, loin de là. On ne peut pas dire que les humains entre eux forment une fraternité d'êtres transfigurés en unité avec Dieu. Il suffit d'ouvrir les yeux ! Dans l'espace qui s'est créé entre les dimensions de la matière et le Divin dans sa nature absolue, la place a été prise par d'innombrables forces non divines, dont certaines sont même antidivines (comme par exemple les pouvoirs du mensonge qui nous font croire l'inverse de ce qui est, ce que l'on appelle la conscience inversée, mais ce n'est qu'un pouvoir parmi d'autres à combattre). Cet état de fait est la conséquence du choix d'Adam dont nous avons hérité mais qui n'est pas irrémédiable si chacun d'entre nous travaillions à forger notre âme. Parce que tout se joue à l'intérieur de nous, il est fondamentalement nécessaire pour un chercheur spirituel sincère de comprendre cela. Je ferme la parenthèse.

Outre l'olivier, plusieurs symboles vivants ont enrichi mon Etre au fur et à mesure de ces années. Je dis "vivants" car ce n'étaient pas seulement des images, il s'agissait tout à la fois de symboles mais aussi d'Etres au sens absolu du terme. Le fait que le Divin ouvre une dimension à l'intérieur de soi nous permet d'accéder au plan correspondant, mais tout ce qui se trouve dans les plans divins est vivant. Le Divin est la Vie, la Joie, la Vérité, la Connaissance, la Beauté, la Force,... Chaque atome divin respire de ces Attributs qui sont des ravissements pour l'âme. Les mots trouvent ici leur limite pour exprimer le Réel. L'âme, par identité, s'abreuve tout autant qu'elle apprend à travers la fusion qui s'opère avec ces dimensions. Elle devient ces dimensions et en cela l'apprentissage se fait par révélation intérieure. On pourrait dire que La Connaissance, la Vérité, la Joie,... se trouvent dans "l'air" des plans divins traversés. Ainsi chaque respiration de l'âme dans les plans divins est une aspiration de connaissance (sans mots), de vérité, de bonheur,... Avec l'olivier, elle m'a montré une façon de transmettre la lumière à d'autres personnes. Ensuite sont venus des animaux tels le Cygne pur et gracieux, un Phénix, puis l'Aigle Royal, majestueux, à l'oeil perçant et au cri redoutable. Plus tard, un cheval ailé, une licorne, et ensemble un lion ailé, un taureau ailé, un bouc ailé et un autre aigle. Chacun avait ses particularités et offrait des possibilités de travail et des ouvertures très spécifiques.

Il y a eu diverses traversées de plans, des rencontres avec des anges ou des personnages transfigurés qui transmettaient des énergies particulières. Des énergies travaillaient dans le corps jusqu'à entrer dans le vital puis dans le physique. la Lumière m'ouvrait des passages dans l'espace et au-delà, dans les sphères divines de plus hautes vibrations. Et puis il y avait aussi des transformations qui permettaient d'ouvrir vers des énergies de guérison ou des moyens de permettre un travail sur les personnes en individuel et d'autres sur le monde et la planète. Et des ouvertures nombreuses, des prises de conscience, des enseignements,... La liste est longue, l'inventaire brut n'a pas d'intérêt en soi. Une grande partie de ces expériences a été tracée dans un ouvrage que je garde dans un tiroir, le temps n'est pas encore venu de le publier.

En parallèle de ces ouvertures, nombre de purifications se sont déroulées. La Lumière entrant de plus ne plus profondément dégageait des monstres, des sorcières et autres vampires des mondes avides, toutes sortes de créatures hideuses du vital, et débloquait des émotions et des mémoires cristallisées. L'intérieur de l'être humain est un zoo morbide où chaque chose qui y habite cherche à tirer sa part du peu de vie qui anime chaque homme. Ainsi on meurt étouffé par toutes ces choses qui se cachent derrière notre orgueil, notre ego, nos instincts vitaux et autres distorsions de la conscience. Comme nous vivons à la surface de nous-même, elles profitent de l'obscurité de notre conscience pour se nourrir de nos émotions, de nos instincts et de nos forces de vie. A chaque fois que j'ai pu observer une créature en moi, j'ai pu l'observer chez les autres. Les plus redoutables sont les diables qui ont une certaine intelligence dans leurs exactions car ils savent jouer malignement avec nos cordes sensibles, nos attachements, nos distorsions, notre ignorance et nos perversions. Ainsi on va retrouver trois grandes familles de diables : ceux du mental qui nous entraînent dans le mensonge, l'orgueil et l'illusion, ceux du vital qui nous entraînent dans les manipulations émotionnelles, le chantage affectif, les pulsions sexuelles diverses et variées, et ceux proches du monde physique qui nous maintiennent dans la peur, l'irrespect (la saleté est une forme d'irrespect, qu'elle soit physique ou psychique) et la guerre principalement. On a tout cela à l'intérieur de soi ! Une chose à préciser toutefois : aucune de ces entités ne peut créer "le mal", seul l'être humain le peut. Ainsi, un diable du mental ne peut plus agir sur quelqu'un de droit et de vrai. Mais il pourra agir sur lui si cette personne n'est pas humble par exemple. C'est bien parce que l'être humain n'est plus dans la vérité qu'il a permis au mensonge et à ses sbires de s'installer, et non l'inverse. Et donc c'est bien à chacun d'entre nous de faire ce qu'il faut pour nous redresser. Inutile d'accuser telle ou telle entité de nos malheurs, nous sommes seuls responsables. Nous seuls avons le pouvoir de création, même de notre propre malheur ! Et Dieu ne peut commencer son oeuvre dans l'homme qu'à partir du moment où celui-ci est sincère et ferme la porte au mensonge, c'est le premier acte à poser.
Des purifications de ces sortes étaient tout de même vécues comme des expériences de lumière parce que sur un plan personnel, je me sentais en constante évolution. Chaque entité qui partait me soulageait d'un poids psychique, mais surtout, mon comportement s'en trouvait changé, naturellement.

En 2002, cela faisait presque 3 ans depuis l'activation de la kundalini. Les expériences de Lumière étaient telles que travailler en entreprise n'avait rien d'épanouissant et correspondait de moins en moins à ce que j'étais. Du fond de mon Coeur jaillissait le besoin de plus en plus pressant de mettre les dons offerts par la Lumière au service des autres. C'est donc l'année où je me suis installé comme thérapeute.

Voir les commentaires

Repost0