Publié le 9 Novembre 2019

La communication

L'humanité a été sollicitée depuis Eden pour incarner le Divin. Une partie de l'humanité d'alors a réussi à répondre à l'appel de Dieu mais une autre partie a résisté et même refusé. Cette humanité-ci est l'humanité adamique, l'humanité de la chute, à laquelle nous appartenons. Or depuis cette époque, Dieu n'a jamais cessé d'appeler l'Homme à retrouver sa divinité et à reprendre le chemin qu'Il avait tracé pour lui. De tout temps, des hommes et des femmes ont entendu cet appel et ont mis toutes leurs forces pour y répondre. Or l'appel ne concerne pas quelques élus disséminés par ci par là, il concerne l'ensemble de l'humanité. Le problème est complexe à plusieurs niveaux car il faut non seulement retrouver une certaine ouverture au Divin pour recevoir les forces d'ascension, mais il faut déjà stopper la chute et donc comprendre ce que c'est. Avant d'aller plus loin, j'engage le lecteur à prendre connaissance de cet article ici dans lequel j'ai déjà brossé un premier tableau du travail à réaliser. Dans cet article-ci, je propose de réfléchir à ce sujet par le biais de nos relations et plus particulièrement de la communication qui peut s'établir entre deux (ou plusieurs) êtres humains souhaitant reprendre ensemble ce chemin. La communication, c'est ce que l'on fait tous les jours de multiples façons. Or je ne suis pas certain que c'est ce que l'on fait de mieux et d'une façon qui nous élève. Voyons.

Ce que l'on connaît le mieux dans le domaine qui nous intéresse ici, c'est la relation de maître à disciple. L'un enseigne, l'autre reçoit. Le premier a réalisé quelque chose qu'il partage, l'autre fait de son mieux pour y comprendre quelque chose et faire un certain travail pour ressembler au premier. J'en rigole, parce que c'est à peu près toujours comme cela que ça se passe. Très souvent, le "disciple" agit par mimétisme ou s'il est sérieux et très appliqué, il va pouvoir développer à son tour certains enseignements et certaines ouvertures qui auront pu être réalisés. Mais globalement, il s'agit d'une relation assez parallèle à la relation parent / enfant, ce qui traduit finalement un état immature de la conscience, que l'on peut parfois masquer par un (faux ?) sentiment de dévotion envers "le Divin dans le maître". Je vais être franchement provocateur, mais quel maître est véritablement irréprochable ? Lequel a-t-il tellement dépassé et transformé sa nature humaine qu'il peut à ce point être un modèle pour les autres ? Même les saints (ou soi-disant) ne peuvent pas le dire. Pourquoi ? Parce que la totalité d'entre eux (de ceux dont j'ai entendu parler) ont refusé la vie maritale pour aller s'enfermer dans une vie d'ascète. N'est-ce pas le suprême égoïsme ? Ne sont-ils pas passés à côté de quelque chose ? Et pour revenir au sujet, si Dieu appelle l'humanité toute entière, est-ce pour avoir une humanité d'ascètes célibataires vivant chacun dans sa grotte ?

Même pour quelqu'un de réalisé, c'est assez facile de faire semblant lorsque la population à qui il enseigne lui est dédiée. Mais qu'en est-il dans son quotidien, dans son intimité et qu'en est-il de sa propre obscurité ? Il est vrai que lorsque l'on a une certaine ouverture de conscience, voir des états de fermeture chez l'autre est assez facile. Ce qui entraîne de fait une relation inégale, même si l'on vous le dit avec un grand sentiment d'amour, ce qui vous amènera forcément, si vous êtes lucide, à vous pencher sur cet état pour essayer de le transcender. Le propos qui m'intéresse ici n'est pas la relation de maître à disciple qui à mon sens doit être dépassée mais bien d'humain à humain en voie de transcendance. Ce qui fait tout de même une certaine différence. Une mise au point avant d'aller plus loin : j'entends par "évoluer" le chemin que prend un gnostique dans son travail d'alchimie intérieure, qu'il effectue en lui mais aussi avec les autres. Toutes les spiritualités ne sont pas évolutives et celles qui consistent à une fuite vers le haut, donc sans transformation profonde, n'entrent pas dans cette catégorie. Par exemple pourront s'y retrouver les Pélerins d'Arès, les disciples du Supramental, certains enseignements christiques et divins,...

D'abord soyons clair : pour que la relation entre humains soit basée sur un plan disons d'égalité, il est important que toute relation d'ordre hiérarchique que ce soit doit être dépassée. Et le premier qui a du boulot en ce sens est le réalisé lui-même. Je dirais qu'il faut envisager le relation sous la forme d'échanges de compétences : le réalisé a acquis une compétence dans son domaine, tout comme chacun d'entre nous acquerrons des compétences dans les domaines professionnels ou personnels. Il met donc à disposition  et au service ses compétences pour ceux qui le réclament. Mais l'on communique aussi en fonction de son état de conscience et donc, le premier doit somme toute s'adapter au second compte tenu de la différence de "potentiel" établi de fait entre les deux protagonistes. Et c'est là où souvent je fais le rapprochement avec l'entreprise. Je m'explique.

Pourquoi souvent établit-on une relation hiérarchique avec quelqu'un ? Dans la plupart des cas, c'est parce que l'autre a un pouvoir sur nous, il a la capacité d'influer sur notre vie. Par exemple vous parlez à votre patron ou à votre manager avec respect, certes (du moins je l'espère, c'est le minimum), mais consciemment ou non, du simple fait qu'il ait cette possibilité d'agir sur votre promotion ou votre rémunération, vous allez être très prudent dans votre communication. Il a quand même votre carrière entre les mains ! Il y a fort à parier que vous ne lui direz pas tout, et en plus les codes sociaux vont entrer en jeu, selon votre culture et votre éducation. Du coup la relation prend forcément un travers issu des bagages que l'on porte dans notre conscience. Evidemment je schématise, c'est un peu plus compliqué que cela et d'une personne à une autre, il y a forcément des subtilités. Pour peu que le manager ou le patron porte en lui cette volonté de domination, due à ses responsabilités ou à son ego, et qu'il soit suffisamment intuitif pour ressentir de votre part une sorte de condescendance à son égard, la relation ne peut pas être équilibrée. Une parenthèse au passage : peut-être vous intéressez-vous à l'évolution du management en entreprise ? Si tel est le cas, vous remarquerez que la management hiérarchique tend à disparaître et des nouvelles méthodes (dites agiles) apparaissent pour gommer ces notions de hiérarchies et pour accélérer les prises de décisions. On n'en est qu'au début mais cet état de fait est significatif d'un changement de conscience en oeuvre dans la société et dans le monde.

Revenons à notre sujet. A partir du moment où l'on projette une image et une situation qur notre interlocuteur, la communication est forcément biaisée. Ce qui fait qu'une relation ne fonctionne généralement pas, c'est parce qu'elle est le produit d'éléments de conscience issus du passé, elle n'est que rarement basé sur le neuf, le spontané et l'intuitif. Tout ce que j'exprime plus haut n'est que le produit d'un passé souvent non intégré. Pourquoi votre patron vous fait-il peur ? Parce que cela vous renvoie à votre passé où une personne de votre entourage ayant autorité sur vous vous a contraint à céder à la pression qu'imposait, légitimement ou non, cette autorité. Donc sur le coup c'est cette expérience qui parle et non vous dans ce que vous êtes aujourd'hui. Si on imagine que le réalisé a un pouvoir sur nous, nous nous trouvons dans le même type de situation qu'avec notre patron. La différence entre le patron et le réalisé, sauf si le patron est réalisé (sic !), c'est que le réalisé non seulement le sait, mais en plus il le voit et ressent la projection sur lui. C'est pour cela qu'il peut vous renvoyer à vous-même, naturellement, sans que lui soit touché par cette projection. Le patron quant à lui peut être touché et ne pas avoir la lucidité et le discernement pour faire la part des choses entre ses propres projections et ce qu'il reçoit de projections de ses administrés venant alimenter son ego. Et donc du coup il ne fait que renchérir la situation. 99% des relations ne sont que cela, des projections d'un côté ou de l'autre, des images que l'on se fait des uns ou des autres ou des situations, et bien des émotions sont refoulées sous des prétextes fallacieux. 

On voit bien le travail qu'il y a à réaliser pour se rencontrer dans le neuf. C'est toute la conscience qui est à déstructurer pour être intégrée et ainsi laisser place à l'intelligence et à l'authenticité. Cela demande aussi un certain détachement face à ce que la société peut nous montrer comme valeurs de réussite : l'argent, la profession, la notoriété, le poste à responsabilités, la grosse voiture, les vacances de rêve, la maison de luxe, ou je ne sais quoi d'autre... oui mais en lieu et place de quoi ? Que perd-on à courir après ces mirages ? Je ne dis pas qu'avoir cela n'est pas louable et appréciable. L'évolution de notre société occidentale nous a permis de connaître cela, alors pourquoi pas. A mettre au centre de notre vie des objets ou des concepts (le poste à responsabilité est un concept), on en perd la notion de relation basée sur l'authenticité, sur la vérité, sur le réel, sur la beauté intérieure de l'autre,...mais on perd aussi la conscience de l'autre, ce qui favorise le développement de l'ego et la fermeture de conscience. Nous ne nous laissons pas l'opportunité de développer notre âme. Au passage, je ne parle pas de l'échec des religions et des systèmes qui nous emprisonnent encore plus en imposant des valeurs et une relation à Dieu qui n'ont plus vraiment de sens (mais en ont-elles jamais eu ?).

Mais alors ces humains qui veulent évoluer et retrouver le chemin vers Dieu. comment doivent-ils entrer en relation ? On va dire facilement que l'Amour doit circuler entre eux. Certes ! Mais sait-on vraiment ce qu'est l'Amour !? Le principe premier est la connaissance de soi. Personne n'est parfait. Forcément un jour vous allez être blessé voire choqué par une attitude, un mot, un comportement,...venant de l'autre, quel qu'il soit. Forcément un jour une blessure sera mise au jour. Car entre êtres humains qui travaillent sur eux, les énergies qui les amènent à oeuvrer vont créer une émulsion particulière, qui va permettre justement de se révéler. L'ambiance entre deux personnes qui travaillent sur elles est justement propice à la révélation d'états de conscience plus profonds. C'est à la fois une chance et en même temps c'est tout de même assez difficile, je dois le reconnaître. Car parfois on n'est pas prêts. Il y a donc nécessité absolue de connaissance de soi, c'est le premier des fondamentaux. L'autre peut être un révélateur, mais du coup il peut, temporairement, aider à dépasser la problématique qu'il aura pu faire émerger. C'est la raison pour laquelle il est dit dans de nombreuses traditions que la plus grande qualité d'amour à développer est celle qui consiste à aimer nos ennemis. Nos "ennemis" sont ceux qui permettent de révéler nos distorsions, ils nous mettent face à elles. Il est important d'être lucide dans nos relations et dans les états de conscience qui nous meuvent. Mais tout cela, ça se travaille. L'important, c'est encore une fois la conscience que l'on met dans nos relations et par extension dans notre communication. Par exemple vous pouvez être blessé lorsque l'on vous dit quelque chose alors même que ce que l'on vous dit n'avait pas pour but de vous blesser. Dans la communication, il y a ce que l'on reçoit, ce que l'on comprend, la manière dont on interprète corporellement, émotionnellement et énergétiquement ce que l'on reçoit, ce à quoi cela nous ramène, la définition que l'on donne aux mots, etc  et de l'autre côté, toute la charge que nous on met dans nos paroles, ce qui peut donner lieu à de multiples incompréhensions. 

Le deuxième principe fondamental est le développement des qualités d'âme, ce qui veut dire qu'il y a un travail de création et d'alimentation de l'âme à côté duquel on ne peut pas passer. Parmi les qualités d'âme, une certaine écoute, la compassion, le pardon, l'intelligence du Coeur, la vérité, la bienveillance, l'humilité,... La connaissance de soi va permettre de traiter nos états de conscience alors que les qualités d'âme sont ce que l'on va donner à la relation. Elles sont aussi une lumière indispensable qui nous amène à entrevoir un mode de fonctionnement nouveau. Elles sont donc l'expression de l'Être qui se crée par notre travail sur soi, travail d'ouverture au Divin, à l'autre et à soi-même.

On pourrait se dire aussi de mettre en place des techniques de communication telles que les formations en management par exemple peuvent nous apprendre. Par exemple, l'écoute active par la reformulation, l'assertivité, le communication non violente, ou d'autres. Je reconnais qu'elles peuvent aider à condition de les mettre au service de l'Être et pas pour s'en servir comme outils de manipulation ou de dissimulation. Auss faut-il aussi se laisser inspirer pour se faire grandir mutuellement. Et au-delà de la forme de communication empruntée, le fond doit pouvoir se libérer. Je ne dis pas que parler du quotidien, de choses légères et de nos petits ou gros problèmes ne peut pas être instructif et ne pas nous aider à grandir. On peut d'ailleurs aller mettre de la sagesse partout et élever notre mode de fonctionnement à un niveau plus haut, même dans les "petites" choses. Mais comme je le disais plus haut, des êtres en évolution, complètement investis dans ce travail, mis ensemble, n'auront pour seul objectif qu'avancer dans cette évolution. C'est pour cette raison que j'invite souvent les gens à se rencontrer et à échanger, sur la base des éléments cités plus hauts. Et ça peut même se faire de façon spontanée car vous allez forcément percevoir, au détour d'une rue ou d'une rencontre fortuite celui ou celle qui porte ce besoin d'évolution. Et là c'est un vrai bonheur car tout peut être sujet à communication. C'est en cela aussi où la vie nous offre de multiples surprises. Une chose à éviter toutefois : si vous voulez bien faire et donner des conseils. Ne le faites que si on vous le demande, sinon c'est votre ego qui parle. 

J'ai évoqué jusqu'ici presque uniquement la communication verbale. Mais il y aussi la communication non verbale, les attitudes corporels, les énergies échangées, les ressentis et intuitions, etc. C'est un avis personnel mais j'estime que la communication avec notre conjoint est celle qui permet de nous révéler en grande partie. Car notre corps s'exprime plus facilement dans ce type de relation, et le corps ne ment pas. Encore faut-il établir une communication saine. Nos relations intimes sont de grands révélateurs de notre mode de fonctionnement et si l'on veut à la fois grandir psychologiquement et spirituellement, notre foyer est un lieu extrêmement propice à cette élévation. Mais on peut ne pas être d'accord...

Ce que j'explique là, c'est la base et je suis loin d'avoir été exhaustif. Je réitère le fait que c'est une réflexion qui peut largement être enrichie. Devenir un adulte spirituel ne se fait pas en un jour et sans un certain nombre d'efforts mais aussi de renoncements. Chacun et chacune d'entre nous est une fleur qui doit dégager son propre parfum. C'est pour cela qu'il ne peut pas y avoir de règles ou de techniques qui s'adaptent à tous. Et au-delà de l'intention de communiquer, évoluer, c'est aussi plonger en soi dans des profondeurs sur lesquelles on met habituellement tout un tas de couches. Et plus loin on plonge dans les recoins de notre corps et de notre conscience, plus ça peut être difficile de s'ouvrir et d'en parler. Il est évident qu'une nouvelle humanité se mettra en place à partir d'un travail sur soi, mais aussi et peut-être surtout dans notre ouverture et notre confrontation à l'autre. Et plus nous nous ouvrirons de façon authentique, plus nous serons amenés à percevoir le chaos que l'on porte en soi et celui que l'autre porte en lui. L'Amour ne peut émerger que si l'on s'y met tous, et pas seulement avec les meilleures intentions du monde, mais dans une oeuvre commune. Il est important de s'engager dans ce travail pour faire émerger une nouvelle conscience. Car nous devons sortir de cette humanité à la psychologie égotique, tordue et sombre pour entrer dans une humanité lumineuse et authentique dont la conscience sera celle des Êtres qui auront su émerger du chaos.

Voir les commentaires

Rédigé par Serge Z.

Publié dans #Réflexions

Repost0