Articles avec #experience energetique spirituelle tag

Publié le 17 Avril 2020

Ca creuse...

Le travail s'approfondit toujours. Les énergies continuent leur pénétration dans les couches de plus en plus profondes au niveau du bassin et en-deçà. Je suis cette fois réveillé au milieu de la nuit par ce qui me semble être des tensions vers l'arrière du bassin, à proximité de la colonne vertébrale. Comme des portes qui s'ouvrent, ou des choses qui sont expulsées, de toute façon je ne vois pas ce qui se passe pour l'instant. Après un temps que je n'arrive pas à définir, j'arrive néanmoins à me détendre un peu et à m'assoupir de nouveau. Après un moment, je suis pris à parti dans une vision où je me vois descendre un escalier pour arriver dans un endroit qui commence à se remplir de personnes, certaines que je vois de face, d'autres, beaucoup, de dos. Je m'installe dans un canapé et j'observe le monde autour de moi. 

La pudeur m'empêche de décrire certaines scènes que je regarde avec stupeur. Je ne me sens pas à l'aise dans cette ambiance, j'essaie de partir mais je ne fais que tourner en rond en essayant de trouver la sortie. Je m'arrête un instant sur certains personnages. J'ai le sentiment que ceux-ci représentent certains désirs, d'autres certaines frustrations, d'autres encore des fantasmes, etc. Une personne m'arrête au passage, il s'agit d'une connaissance (dans la vraie vie) que je retrouve là, dans cette vision. Elle me dit : "je viens ici de temps en temps". Curieux... Comme si j'étais invité à rencontrer les aspects personnifiés les plus structurants de ma sexualité, comme si tous ces aspects étaient convoqués en même temps, c'est le terme qui me semble le plus juste. Je me demande comment je vais bien pouvoir sortir de là et ce que ceci signifie lorsque je me sens tiré vers le haut.

Le décor change alors d'aspect. Je monte à la verticale comme si j'étais face à une paroi montagneuse en calcaire : je passe devant de nombreuses strates plus ou moins blanches, des strates de quoi, je n'en sais rien, de l'énergie probablement, mais ça me permet de déterminer qu'il se produit une ascension. Puis à un moment je tombe dans un espace blanc et mauve. Un ange blond, aux cheveux courts, vêtu d'un plastron d'allure métallique tel un guerrier et monté sur un cheval ailé, est tourné vers moi. Son bras droit tend dans ma direction une épée de lumière blanche laiteuse. Mais c'est surtout sa main qui attire mon attention car elle porte une énergie de couleur or, pétillante. En même temps, je perçois parfaitement la présence de cet ange un peu au-dessus de mon corps physique. Je serai travaillé par ces énergies tout au long de la journée car la présence de cet ange sera persistante dans ma conscience très longtemps. En même temps et tout le jour, un travail se fait du bassin, le long de la colonne vertébrale jusqu'au dessus de la tête. A certains moments de la journée, je n'ai pas d'autre choix que de rester immobile pour que les énergies puissent oeuvrer. A d'autres moments, je tente des concentrations spécifiques mais je ne vois rien de significatif se passer. Néanmoins, il y aura des énergies brûlantes qui partiront du bassin et qui remonteront parfois le long de la colonne. J'ai l'intuition que tout ce que j'ai vu dans la vision est en train de partir, ou d'être simplement transformé en énergie divine.

Cette expérience fait suite à une autre qui a sonné comme un message et un rappel. Dans cette vision-ci, je montais un escalier très pentu et lorsque j'arrive en haut, je vois Paul (cf articles sur la kundalini et suivants) en lévitation face à moi, ainsi que d'autres personnages que je ne connais pas et qui arrivent par le côté. Eux aussi sont en ascension et eux aussi sont en lévitation. Paul est ici comme un gardien, il m'empêche d'aller plus haut. A savoir que je marche et grimpe difficilement. La pénibilité est le sentiment premier de cette vision et j'observe également une certaine satisfaction d'arriver à ce niveau-là. Je demande pourquoi il me barre la route mais je n'ai pas de réponse verbale, je dois redescendre, je ressens cette injonction, ce que je fais sur-le-champ. Et donc j'arrive dans un lieu désert, une zone, vide, caillouteuse, et plate. La vision s'est arrêtée là mais le plus significatif ici, c'est que les énergies bouddhiques que je ressens depuis l'initiation reçue en Inde et que je travaille depuis, étaient également en oeuvre autour de moi, avec un travail spécifique sur le sommet du crâne. 

Alors, tout ça, ça veut dire quoi ? Différentes réflexions me viennent lorsque j'analyse ces expériences.

Il ne peut pas y avoir d'ascension si nous ne sommes pas descendu complètement dans nos profondeurs. Ce message est clair, et on ne peut pas négocier avec le Ciel. A partir du moment où l'on s'engage dans un travail de transformation intérieure, même si c'est très long et que c'est assez souvent difficile voire pénible, nous n'avons pas d'autre choix que de faire le travail dans le corps et dans les espaces les plus obscurs de notre conscience.

Dans ce travail, nous ne sommes pas seuls, à condition toutefois de se placer dans un champ de forces qui permette l'ascension, donc aussi le travail dans les profondeurs et dans lequel les aides se manifestent. Dans le cas ici d'un champ de forces christiques, les anges interviennent quand il le faut. Parfois, ils nous observent sans intervenir. A d'autres moments, on peut avoir à faire à d'autres choses, je pense par exemple à des forces divines pures. Je ne l'ai pas décrite mais l'initiation reçue suite à mon passage dans les sanctuaires bouddhiques participe du travail de transformation intérieure. Tout comme les forces supramentales agissent parfois et dans le cas où nos propres forces ne suffisent pas pour passer un obstacle, nous pouvons recevoir l'aide de Sri Aurobindo ou de Mère, ou de yogi qui évoluent dans ce champ de forces. si nous souhaitons oeuvrer dans la continuité de Sri Aurobindo.

Toutes les forces divines pures, qui participent de la vraie spiritualité, agissent de concert, avec chacune leur spécificité, du moins jusqu'à un certain point. Car à un moment il faut choisir. C'est un engagement que l'on prend vis-à-vis de Dieu, engagement que l'on scelle et sur lequel il n'est pas possible de revenir. Alors parfois on est remis face à nos décisions, à notre responsabilité, à notre engagement. Lorsque la nature humaine tiraille à en faire mal, lorsque celle-ci résiste ou nous emmène vers des chemins de perdition, il faut apprendre à se donner au Divin, à faire preuve d'humilité, à lâcher prise, à patienter en remettant sans cesse notre travail sur l'autel de notre responsabilité. Car choisir cette oeuvre fait de nous des adultes responsables, de nous-même déjà, mais du collectif aussi dans une certaine mesure. Chacun d'entre nous est partie prenante de la transformation du monde et si notre intention d'y participer est pure et constante, alors Dieu y répond et nous met face aux épreuves que nous pouvons franchir. Chaque victoire individuelle participe alors à la victoire collective. Il n'y a pas de miracle, mais il y a des grâces. Et heureusement car nous n'irions pas très loin avec nos seules forces. 

Le dernier point que je souhaite évoquer ici concerne les aspects de la sexualité qui ont été mis au jour. J'ai évoqué dans cet article, la sexualité dans la nature humaine, comment elle peut être assainie et être source de plaisir et de bien-être partagés lorsqu'une grande partie des tensions sont dissoutes, pour ne plus être une activité compulsive si tel était le cas auparavant. Dans le cas présent, je n'ai pas suffisamment de recul pour déterminer les conséquences de  cette initiation. Mais je sais qu'il y en aura, car d'autres expériences disons moins marquantes mais en relation avec ce plan ont modifiées mon approche de la sexualité, comme j'en témoigne dans l'article évoqué ci-dessus. Et plus les énergies creusent, plus le travail devient intéressant car plus il s'approche des mécanismes profonds et parmi les plus structurants, après avoir traversé et permis d'intégrer les couches psycho énergétiques. Je ne sais pas quelles seront les prochaines étapes et de toute façon, tant que l'ego reste prédominant, des niveaux plus profonds ne pourront être atteints.  Ma priorité est à sa dissolution. 

Un dernier point et j'arrêterais là pour aujourd'hui. Ce qu'il se passe ici, c'est une déstructuration et une purification des couches profondes de la conscience, ce qui libère des énergies, en transforme d'autres, allège le corps etc. Je constate depuis de nombreuses années qu'il y a un travail sur la conscience et le corps alors même que l'ego est toujours en place. Au stade actuel des choses, c'est en partie un mystère. Je sais que si ce travail est possible, c'est qu'il est pris en charge par l'Être (mot que je préfère à "âme", qui a été dévoyé), l'Être étant notre partie divine qui se forme autour de la particule divine, ou atome étincelle d'Esprit comme la nomme les gnostiques. Il est clair que l'ego n'a aucune possibilité spirituelle. Il est surtout un obstacle. L'ego ne peut pas se voir lui-même, il ne peut pas s'intégrer lui-même. Il peut juste prendre la décision d'abdiquer, ce qui est une mort à lui-même. A moins que l'Être puisse agir dessus...??? On verra bien.  

Voir les commentaires

Rédigé par Serge Z.

Publié dans #experience energetique spirituelle

Repost0