Et un jour, tout bascula...

Publié le 2 Décembre 2013

On était en 2005. Le dernier stage avec Paul concernait le travail avec les énergies de Babaji. Paul avait reçu très longtemps auparavant l'initiation au premier niveau de Kriya Yoga puis, directement de Babaji, des techniques sophistiquées qui avaient permis à Babaji de transfigurer, par des pratiques liées à la kundalini. Sur proposition de Paul, nous étions quelques-uns à avoir accepté de recevoir ces techniques, somme toute assez difficiles à pratiquer. Néanmoins, et grâce surtout à ma sensibilité d'alors, j'étais arrivé à aller jusqu'au bout et à ressentir certains effets bénéfiques sur le corps assez rapidement. A la fin de ce stage, un seuil de sensibilité avait été dépassé au point que mon corps semblait avoir une "perméabilité" que je trouvais fort intéressante.

A cette époque-là, mon activité professionnelle de thérapeute se développait et commençait à tourner avec un nombre de personnes en constante augmentation. Le groupe de personnes qui participait de façon récurrente aux méditations atteignait une quinzaine de membres; le nombre de personnes qui venait en entretiens individuels commençait lui aussi à se développer et les différents cours rassemblaient des personnes qui venaient d'un peu partout en France, grâce au site internet mis en ligne au démarrage de l'activité. Sur la région, le bouche à oreilles faisait son oeuvre. Ma vie était totalement tournée et dédiée à la spiritualité et l'évolution. Je ne me doutais pas que j'allais vivre un tournant irréversible de ma vie intérieure dans les jours qui suivirent ce dernier stage.

J'étais donc revenu du stage le lundi soir. Le mercredi soir, j'animais la méditation hebdo madaire sur la Lumière divine et le jeudi matin, alors que j'étais allongé dans mon lit, une vision me réveille. Je vois mon Être dans la même position que moi, superposé au corps mais dans son propre espace. Un serpent se déplace le long de son corps, du bas vers le haut. Mon regard se tourne vers le serpent lorsque, sans prévenir, celui-ci se glisse dans ma tête, dans mon corps physique. Et dès ce moment-là, un feu que je qualifie d'électrique me mit l'esprit sens dessus dessous. C'était comme un grésillement chaud et brumeux, mais totalement disharmonieux et désagréable. Ce feu se propogea dans la colonne vertébrale et dans mon corps quasi immédiatement. J'étais très agité et de violents maux de tête ont commencé à surgir. Puis le feu dépassa les limites du corps et se propagea dans mes corps subtils. C'était vraiment très désagréable. Je me lève donc pour aller déjeuner dans cet état très étrange et au fur et à mesure de la journée, le feu gagne en amplitude. J'essaie de méditer sur la Lumière mais je n'arrive pas bien à me centrer. Mon attention est constamment attirée par un vacarme intérieur et toutes sortes de signaux électriques un peu partout en moi. Et dès que je me mets à méditer, le feu devient froid, puis chaud et froid, et redevient froid glacial. C'est insupportable et je suis toujours très agité. Non seulement l'esprit est comme possédé, mais il règne en moi un désordre de forces que je n'arrive pas à canaliser, surtout au niveau des désirs et du bas-ventre. La nuit vient mais j'ai beau me coucher, je ne tiens pas en place. Je fais le point sur ma situation et je vois que mon corps physique, mes corps subtils et mon esprit sont remplis de serpents. Heureusement, le prochain week-end de stage avec Paul arrivait et j'espérais qu'il allait m'aider à trouver un remède à cette situation. Un peu plus d'une semaine s'était écoulée sans que je n'arrive à me reposer. J'avais très froid et je devenais quasiment fou avec ce feu électrique qui me grillait littéralement le cerveau et la colonne. Parfois, j'observais que des serpents entouraient les chevilles, les genoux et le cou, et ils serraient, provoquant parfois des étouffements. Quelques-uns se posaient sur ma tête et coupaient le lien avec la Lumière. D'autres entraient par le front et se glissaient dans mon dos. Je ressentais une grande lourdeur, à la fois physique parce qu'ils m'empêchaient tout mouvement, vitale car les émotions étaient à fleur de peau et mentale car leur présence dans mon esprit m'obligeait à de gros efforts pour me concentrer. Bien qu'il m'était devenu très difficile de tenir mes rendez-vous, je maintenais les entretiens individuels et j'espérais que la méditation collective du mercredi allait faire descendre suffisamment de lumière pour éliminer ou du moins faire reculer le problème à l'intérieur de moi. Ma situation ne s'était pas améliorée quand le stage avec Paul arriva.

Et un jour, tout bascula...

Il me trouva dans un état déplorable : exténué, très agité et surtout pollué par des énergies qu'il ne connaissait que trop bien pour avoir lui-même eu à les combattre à de très nombreuses reprises. A la fin du stage, nos énergies cumulées avaient fini par me nettoyer complètement. Mais je n'en étais qu'au début des expériences avec ces énergies et lorsque je retournais chez moi, je m'aperçus que dans certains endroits de la maison, des espèces de colonnes de serpents étaient positionnées, colonnes d'une hauteur qui pouvait varier de 50cm à 1m50 selon les endroits. Il s'agissait surtout d'emplacements où je m'étais installé plus longuement pendant les jours précédents : le canapé du salon, ma place à table, le lit, le bureau, ma pièce de travail... Je découvrais que ces énergies ont une imprégnation physique très importantes, bien plus que ce que j'avais vu jusqu'à présent. Elles ont une grande facilité à s'installer dans le physique et à se déplacer à partir des lieux qu'elles ont colonisés. Paul m'avait conseillé de traiter ces lieux en ayant au préalable fait descendre la Lumière. Mais à peine rentré chez moi, de nouveau, les serpents m'ont envahi l'esprit, le corps physique, le vital et les corps subtils. Le nettoyage du stage avait été efficace, cela avait permis à la Lumière de creuser un peu plus mais cela avait permis aux serpents de grapiller un peu plus de territoire en moi. Avec le temps, plus la Lumière creusait, certes parfois en faisant reculer ces forces, plus les serpents trouvaient des portes pour aller s'installer plus profondément encore, dans l'obscurité de la conscience non intégrée et dans le corps astral. Le problème allait s'avérer bien plus complexe à résoudre que ce que je n'imaginais à l'époque et bien plus long que je ne l'aurais souhaité car il ne s'agissait pas seulement d'un nettoyage énergétique, ce qui aurait pu être le cas si le travail de transformation avait été plus avancé, c'était toute une reconfiguration intérieure qui devait s'opérer. Cela, je l'ai vu avec le temps. En effet, mon fonctionnement d'alors, ou plutôt mes habitudes de fonctionnement ne me permettaient pas de traiter le problème uniquement sur un plan énergétique, je n'y arrivais tout simplement pas. Ces forces s'appuyaient sur tout ce qu'elles trouvaient de chaos, tant sur le plan physique que vital et mental.

Bien que la Lumière continuait à travailler, j'allais rapidement perdre la lucidité et la paix qui s'étaient en partie installées. D'abord par le manque chronique de sommeil et les maux de tête incessants que ces énergies provoquaient par leur présence constante. Dans les phases d'endormissement et de réveil, qui étaient devenues beaucoup plus longues, raccourcissant par là même la phase de récupération, elles provoquaient des cauchemars qui prenaient une certaine réalité car ce que je voyais, je pouvais également le ressentir dans la bouche, sur mon corps, entendre des voix ou respirer des odeurs nauséabondes, sans que je puisse savoir si c'était dans la réalité physique que ça se passait, ou plutôt sans savoir à quel niveau de la réalité ses scènes se passaient. Je ressentais la présence de ces énergies comme si mon corps baignait dans un marécage froid et humide, et ce, de jour comme de nuit. J'avais vraiment l'impression de vivre un delirium tremens. Je ne saurais exprimer à quel point je me sentais mal, et les 18 mois qui allaient passer allaient voir ma situation dégénérer chaque jour davantage.

Paul m'indiqua que ces énergies étaient portées par la femme du maître de Reiki avec laquelle je continuais les massages; je rappelle que son mari et elle étaient également élèves du maître tantrique. En fait ces énergies sont celles du tantrisme du cachemire. Du fait qu'ils travaillaient les énergies du tantrisme shivaïte, elles se développaient et proliféraient en eux. La proximité avec elle, la sensibilité et les ouvertures qui se créaient en moi avaient fini par faire entrer ces forces profondément, alors que jusqu'à présent, elles restaient à la surface. Parmi les questions qui me turlipinaient, certaines étaient de savoir pourquoi eux ne vivaient pas les choses comme moi, pourquoi et comment arrivaient-ils à supporter ces énergies au point de vouloir les développer alors que chez moi, cela prenait une telle ampleur et me faisaient de tels effets ??? Une partie de la réponse se trouve dans la sensibilité qui s'était développée de façon assez conséquente ces dernières années, et d'autant plus avec le travail sur la kundalini, la Lumière et dernièrement les énergies de Babaji. Le fait que la Lumière travaillait de façon intensive et quasi permanente me rendait également la gamme des perceptions beaucoup plus large. Mais ça n'était pas les seules raisons et il me fallut plusieurs années pour comprendre et quelques aides extérieures pour m'aider à y voir clair.

La Lumière m'a fait revivre l'entrée dans l'incarnation et m'a permis de comprendre une partie de mon fonctionnement. Ce qui s'est incarné, disons la conscience qui s'est incarnée, ne s'est pas complètement incarnée. Elle s'est arrêtée en chemin, l'entrée dans le corps ayant été tellement pénible et compliquée qu'elle s'est arrêtée sur un plan qui se situerait entre le 4eme et le 3eme chakra, à peu près au niveau du creux de l'estomac. Ce qui fait que ce qui est au-dessus de cette limite baignait très tôt dans une conscience quasi intégrée, ou relativement claire, alors que la moitié basse était soumise à un mode de fonctionnement obscur et quasi automatique. Une conséquence parmi d'autres est que j'ai une relative facilité à "monter" et une grande difficulté à "descendre", à m'incarner complètement, à intégrer et à travailler dans la matière. Mon travail sur Terre concernant ma personne, et je le révèle en toute humilité, est justement la conquête du corps et des couches profondes de la conscience, pour y faire descendre le Divin, et ce jusque dans la matière. Il y a d'autres facettes dans mon travail mais je n'ai pas prévu d'en parler dans ce blog.

Ces énergies qui avaient soudain réussi à pénétrer en moi, énergies du chaos s'il en est, pénétraient le plus souvent par la partie inférieure des corps subtils et du corps physique. La perméabilité qui s'était créée par les différents types de travail et les années d'expériences, leur permettaient de pénétrer plus facilement en moi, et comme le terrain était propice, elles s'y sont installées et ont réactivées des mauvaises énergies déjà présentes depuis l'enfance, énergies qui s'y étaient tapies très tôt dans l'enfance et surtout de la pré adolescence. Parce que, il faut le dire, cette "moitié basse" avait déjà été envahie par des forces de type serpents, avec d'autres conséquences que celles décrites ici. Le terrain était donc propice, la Lumière n'avait pas encore réussi à creuser là, n'étant moi-même pas très enclin à y plonger. Et à partir de cet emplacement dans ce corps, elles s'implantaient et se diffusaient aussi bien dans l'espace physique environnant que partout dans mon propre corps. Quant au formateur Reiki et son épouse, ils ne travaillaient pas d'énergies christiques et leur sensibilité n'étaient pas au même niveau, bien que cet homme disait parfois sentir un feu électrique dans sa colonne vertébrale. Lui trouvait que c'était une bonne chose pour lui-même. Ajouté à cela qu'ils ne travaillaient pas à l'ouverture du coeur, et donc au développement de l'âme, ils ne pouvaient pas avoir ce regard de Dieu sur les choses, ils ne les voyaient et ne sentaient donc pas les énergies dans leur véritable nature. C'est d'ailleurs le cas d'une très grande majorité des chercheurs, qui prend trop souvent des vessies pour des lanternes, par manque de sensibilité, de connaissance et de discernement. Mais ceci est une autre histoire.

Cela faisait quelques années que je connaissais ces personnes et que je pratiquais le massage. A plusieurs reprises, j'ai été confronté à ces énergies mais les fois dont je me souviens, une protection particulière m'avait été donnée. Une fois Jésus a posé une sorte de cloche au-dessus de moi et je voyais différents êtres prendre des serpents à pleine main pour me les retirer. D'autres fois, l'archange Mickaël s'est manifesté pour détruire ces énergies d'un coup de lance ou d'épée. Mais dès ce jour, il n'y avait plus de protection. Alors j'ai fini par me dire qu'il était peut-être temps que je développe des forces ou des moyens spécifiques, sans avoir besoin d'aide extérieure...??? J'ai souvent cherché un sens et une raison aux épreuves par lesquelles j'ai pu passer. J'avais besoin de me sécuriser quelque part, parce que, une de mes plus grandes craintes était que Dieu m'ait abandonné. Une chose est devenue sûre avec le temps, c'est que Dieu n'autorise pas une épreuve s'Il est sûr que l'Être ne pourra pas la franchir. J'ai donc arrêté de me demander "pourquoi" pour plutôt m'attacher au "comment". Mais je n'imaginais pas que cela allait me prendre du temps, beaucoup de temps, et me faire traverser toutes sortes d'épreuves. Car j'allais apprendre à quel point toutes les énergies du chaos sont capables de s'allier pour garder leur pouvoir sur l'humanité.

Peut-être six mois après le début du problème, et après plusieurs stages avec Paul qui ne le réglaient qu'en partie et que ponctuellement, nous avons eu un échange de mails dans lequel il me demandait de couper les liens avec lui. J'ai très mal accepté cette décision de sa part tellement j'avais besoin d'aide. Incapable de gérer mes réactions émotionnelles, et me sentant complètement abandonné d'un côté, et submergé de l'autre, la colère et le dépit s'emparèrent de moi sur l'instant même où je lus sa réponse. Alors, avec la colère et comme la boîte de Pandore qui s'ouvre, un flot gigantesque de forces a jailli du vital et m'ont fait plonger dans une obscurité plus grande et plus opaque que ce qu'elle n'était déjà. J'avais essayé jusque là de me maintenir à flot mais la situation avait pris une ampleur qui dépassait de très loin les maigres forces que je pouvais mettre en oeuvre. Et le peu qui me restait finit par m'abandonner quand, quelques semaines plus tard, j'eus la vision de gourous indiens qui m'envoyaient d'autres serpents dans le subtil. 

J'arrêtais d'abord les consultations individuelles que j'avais essayées de maintenir car je m'étais vite rendu à l'évidence que mon nouvel état n'avait plus rien de bénéfique pour les personnes qui venaient me voir. Et de mon côté, je ne voyais plus les situations du côté de leur résolution mais seulement du côté catastrophiste. La "douche d'informations" du matin concernant mes rdv de la journée s'était arrêtée, faute d'être centré et dans l'axe.  Je gardais quelques temps les méditations collectives mais assez peu longtemps, je préférais arrêter avant de faire de plus gros dégâts. En effet, même si un peu de Lumière descendait, c'était surtout les serpents qui se diffusaient, coupant le lien des participants avec celle-ci. Les autres activités s'arrêtèrent en même temps, jusqu'à stopper également l'écriture, passe-temps qui était une autre voix d'accomplissement. Je n'étais plus moi-même, j'étais agi par toutes les énergies qui avaient pris possession de mon corps et de mon esprit. J'avais froid en permanence, dans une sorte de brouillard humide et pénétrant, et j'étais très agité. J'ai perdu le sourire, la joie de vivre que m'offrait ma vie d'alors et chaque situation, même la plus banale, m'apparaissait comme une grande catastrophe. Ma vie était devenue un véritable enfer. Je restais allongé pratiquement toute la journée, m'occupant encore des enfants comme je le pouvais. J'avais parfois des fièvres froides que je ne savais pas comment soigner. Ma situation de couple, comme il fallait s'y attendre, déclinait également. Je suis resté pour ainsi dire inerte pendant presque neuf mois, à me demander comment la situation pouvait s'inverser. Je ne me reconnaissais plus. Mes paroles et mes actes n'avaient plus de contrôles, je sentais ma personnalité devenir une marionnette bien que quelque chose soit resté observateur de tout ce cirque, mais un observateur qui ne pouvait pas agir. Mon corps ne m'appartenait plus. J'en étais arrivé à ne même plus pouvoir déplacer mon esprit car les pollutions le maintenaient avec force orienté vers le bas. Même penser était devenu un véritable effort. Paul intervenait à distance de temps à autre mais je le ressentais de moins en moins, et je n'attendais plus grand-chose de sa part.

Et un jour, j'étais allongé dans mon lit, alors que je sentais que les serpents avaient fini par conquérir quasiment tout mon Être et tout mon corps, alors qu'un serpent allait finir par engloutir le centre de l'esprit et tout ce qui restait de "moi", alors que je pensais que tout allait se finir là et que mon corps, mon âme et mon esprit ne m'appartiendraient pour ainsi dire plus, je revoyais ma vie défiler devant moi. Les larmes ont commencé à couler, le désespoir m'avait totalement envahi. "Tout ça pour ça...". Abandonné, je priais le Divin une dernière fois. A ce moment-là un éclair doré se précipita au centre de ma tête et tua le serpent qui allait m'engloutir. Cette action permit à un petit espace de liberté de se créer. Dieu ne m'avait pas abandonné, car Il n'abandonne personne. Mais cela allait tout de même prendre presque 7 ans pour remonter la pente; car il me faudrait tout recommencer.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :